single blog

Index Mobile First : Mais de quoi parle-t-on exactement ?

2 mars 2018

Google l’a annoncé, c’est pour juin, ça va changer beaucoup de choses… mais encore ?

LA SITUATION DE DÉPART

L’index mobile first a démarré son déploiement en fin d’année 2017 et Google annonce la bascule « totale » pour l’été 2018.

Ce n’est pas comme si on n’avait pas été prévenu. Les prise de paroles de Google ont été régulières sur le sujet, l’info tourne depuis fin 2016 … mais on connaît la rengaine « On a encore le temps, on se met ça au chaud dans la roadmap »…

Oui mais voilà… Il faut se rendre à l’évidence, il n’est plus possible de gagner du temps et de remettre le sujet à plus tard. Le mobile n’est plus une option. Votre site mobile (qu’il soit responsive, géré via dynamic serving ou qu’il soit un site dédié) devient l’applicatif sur lequel tous les regards vont se river… (enfin ceux de Google… mais vu que le moteur pèse lourd chez nous et ailleurs… on peut dire que l’attention sera sur le mobile… ou ne sera pas).

Poids du moteur de recherche Google dans le volume de recherche – février 2017

Source : Statista . Etude « Part du trafic de recherches provenant de Google dans différents pays du monde en février 2017 »

Donc autant dire que l’annonce du passage en « index mobile first » a de quoi préoccuper les professionnels du digital et de manière plus globale les entreprises comptant parmi leurs canaux de contact/distribution, le canal digital.

LE MOBILE INDEX FIRST EN SYNTHÈSE

Jusqu’à présent pour indexer les pages dans son moteur de recherche, Google prenait en compte principalement la version desktop des sites.

Google modifie ce principe et va dorénavant se baser sur la version mobile pour référencer un site. Le projet est lancé depuis longtemps chez Google. Il s’agissait là d’une réponse logique à l’évolution constatée des usages.

En vision mondiale, la bascule du desktop vers le mobile a eu lieu fin 2016. Le mobile est devenu le device le plus utilisé (et ce au détriment du desktop – on voit dans le graphique ci-dessous que la part de la tablette restent au final stable –).

Part d’utilisation par device dans le monde – Janvier 2016 > Janvier 2018

Source : Statcounter Desktop vs Mobile vs Tablet Market Share Worldwide – Janvier 2016 > Janvier 2018

Du côté de la France, la bascule n’a pas encore eu lieu mais on voit clairement que le point de rencontre approche. Le mobile sera donc très prochainement, comme ailleurs dans le monde, le device le plus utilisé.

Google n’attendra pas ce point de bascule de desktop vers mobile pour passer en « index mobile first » (et personnellement je trouve cela très bien pour nous… qui sommes de fervents utilisateurs du mobile).

Part d’utilisation par device en France – Janvier 2016 > Janvier 2018

Source : Statcounter Desktop vs Mobile vs Tablet Market Share France – Janvier 2016 > Janvier 2018

INDEX MOBILE FIRST : CE QUE CELA IMPLIQUE CONCRÈTEMENT

Alors certes, il y a ce que l’on connait bien et que l’on entend partout : la nécessité de proposer à Google un périmètre de contenus identique entre desktop et mobile.

On peut parler d’un principe d’équivalence ou de réciprocité, comme vous préférez. Le principe est simple : votre site mobile doit proposer le même périmètre de contenus que votre site desktop.

Entre nous, si la problématique que lève la bascule en « index mobile first » se limite à cela… je dirais qu’on peut se laisser sereinement porter vers la coupe de monde de foot, l’été, les vacances estivales… et se dire que l’on peut appréhender la bascule sans trop de craintes.

Votre site est responsive ? Par essence le contenu est identique entre desktop et mobile. C’est donc un « non-sujet ». Enfin… personnellement je dirais que pour sécuriser la bascule, il faudra quand même prévoir un crawl en vision desktop et mobile pour s’assurer qu’il existe une parfaite correspondance entre les 2 versions (au niveau des contenus et des données structurées)

Votre site mobile est géré en dynamic serving ? (ou propose une solution hybride responsive/Dynamic serving ?) Comme pour le cas du responsive, pas de craintes spécifiques à avoir. Peut-être simplement prévoir un check sur le périmètre des pages gérées en dynamic serving pour s’assurer de la bonne réciprocité entre desktop et mobile. Dans la même veine que le responsive je vous conseille de lancer un crawl desktop et surtout mobile pour bien vérifier la mise en œuvre du dynamic serving (notamment en terme de prise en compte des user agents et des différentes tailles d’écran sur mobile).

Votre site est un site dédié mobile ? Petit point d’attention dans ce cas. Un check s’impose pour s’assurer de la réciprocité de vos contenus entre les 2 applicatifs avec une attention particulière sur la vérification de la bonne implémentation des balises canonical/alternate pour que Google retrouve facilement ses petits. Dans votre cas un audit complet de votre site mobile sera indispensable pour repérer les soucis techniques liés à votre site mobile (problèmes de maillage interne, de pages orphelines, les erreurs 404 ou les soucis rencontrés par le bot lors du crawl).

Si vous n’êtes pas ISO entre les 2 applicatifs, planifier la bascule des contenus manquants, et corriger les erreurs techniques sans tarder.

Voilà… Enfin… Voilà pour ce premier point.

En réalité, le sujet de « l’index mobile first » s’annonce un peu plus complexe que ce simple principe de réciprocité des contenus.

Au cœur de toutes les préoccupations : le temps de chargement. Et sur ce point les enjeux sont doubles (et fortement imbriqués).

A la question « What do you dislike the most when browsing the web on your mobile device? » (« Que détestez-vous le plus quand vous naviguez sur le web avec votre smartphone ? »), les réponses sont très claires :

Source : Google Webmaster Central Blog #MobileMadness: a campaign to help you go mobile-friendly

46% des utilisateurs sondés précisent qu’ils détestent attendre que les pages se chargent.

Et on le sait… Google est toujours du côté de l’utilisateur et, très souvent, les principes que le moteur de recherche applique s’inscrivent dans une logique d’optimisation de l’expérience client/utilisateur.

Alors forcément quand on voit cela, on peut logiquement se dire qu’au-delà d’assurer un périmètre de contenus « identiques » entre desktop et mobile (qui reste un élément fondateur et nécessaire d’assurer), une attention particulière sera portée au temps de chargement de votre site mobile.

La performance de votre site mobile sera au cœur de toutes les préoccupations.

Optimiser le temps de chargement est un vaste sujet qui peut s’avérer complexe car il requiert l’activation de nombreux leviers.

Petit aperçu de quelques-uns des leviers identifiés :

  • techniques (notamment de gros sujets infra mais également des sujets autour de l’optimisation des développements front),
  • contenus (optimisation de la contribution, acculturation des équipes agissant sur le front)
  • parcours (être en capacité de concevoir des projets et des optimisations pensées dès leur conception dans une logique « d’optimisation des temps de chargement »).

Je ne manquerai pas de revenir très rapidement vers vous sur ce sujet avec un article dédié afin de rentrer plus en profondeur sur ce fameux sujet du « temps de chargement sur mobile ». 🙂

Les articles en cours de travail et à venir 🙂
Focus « temps de chargement mobile »
AMP (Accelerated Mobile Pages)
PWA (Progressive Web App)

Et sur d’autres thèmes :
Gtag.js : focus sur le nouveau « global tag » by Google

 

Thèmes disponibles